L’Inde en jaune et bleu

C’est l’histoire d’un dernier périple en Inde, entre ville et désert, entre rats et dromadaires. Ça commence par un voyage en train dans un paysage jaune et ça finit dans une ville bleue.

Partis d’Amritsar de bon matin, nous voici sur le quai de la gare de Jalandhar, à attendre notre train pour Bikaner, notre porte d’entrée pour le Rajasthan. Important à préciser: il s’agit de notre premier train en Inde, et comme nous aimons toujours voyager à (très) petit budget, nous serons dans un bon vieux wagon rudimentaire pendant une dizaine d’heures. Le train indien c’est comme on peut l’imaginer, voire pire : tout le monde se rue sur les places disponibles (les portes bagages sont également des places), à chaque gare c’est le ballet des vendeurs ambulants et des mendiants, on est observés continuellement et évidemment questionnés par les anglophones qui traduiront ensuite à tout le wagon. Petite nuance, personne ne voyage sur les toits des wagons comme on pourrait s’y attendre, bien que ce soient des locomotives diesel et non électriques.

train-inde-2015

Niveau sécurité, c’est pas forcément au top …

train-inde-2015

Mais le paysage défile sous nos yeux … et pieds 🙂

Pour observer le paysage c’est le pied ! Pas de fenêtres mais des barreaux (idéal par cette chaleur) et les portes sont mêmes ouvertes pour passer la tête dehors !  On adore et on ne voyagera plus que comme ça jusqu’à la fin.

A Bikaner, entre rats et dromadaires

L’arrivée à Bikaner en pleine nuit, c’est l’aventure. Pas d’annonce de gare, on doit épier les signes à la recherche d’une mention de la ville ou demander aux vendeurs de passage face au train. Par chance nos voisins volubiles et prévenants joueront les annonceurs de station. On passe rapidement les traditionnels solliciteurs d’hôtels sponsorisés et on atterrit dans une adresse qui ne nous hébergera que pour une nuit avant que l’on prenne la direction de notre guesthouse, une vraie maison d’hôtes où on sera accueillis par Gouri et sa charmante petite famille.

Bikaner nous éloigne encore un peu plus de l’Inde asiatique et nous rapproche des paysages du Moyen-Orient perse : les maisons en brique et chaux sont construites autour de grands bazars et d’impressionnants dédales de ruelles. Les dromadaires traînent de larges carrioles et les vaches bloquent carrément des rues entières. Le désert n’est pas loin et ça se sent : les tempêtes sont chargées de sable.

India - Bikaner - gate

Existe en version « sons et lumières » la nuit !

India - Bikaner - streets

Enfin une rue calme où on peut sortir l’appareil photo :p

India - Bikaner - havelis

Une des vieilles maisons du vieux Bikaner

Après avoir découvert la ville, zappé la visite du fort (les prix « touristes » sont trop élevés à notre humble avis), on prendra un petit train pour visiter une curiosité locale : le Karni Mata temple à Deshnok, plus connu sous le nom de rat temple. Et bien évidemment comme toujours en Inde dans les temples, chaussures interdites 🙂 Bon à savoir, si un rat vous passe sur le pied, ça porte bonheur. Pas de bol, ce sera un cafard géant pour Matt XD

Beaucoup d’autres photos sont ici !!!

Jaisalmer, la ville perdue dans le désert

Après Bikaner, c’est un autre train qui nous attend, celui pour Jaisalmer, une ville sortie d’un conte des mille et une nuits, perdue dans le désert de Thar à l’extrême ouest de l’Inde. Réputée pour ses safaris en dromadaire (très touristiques et déconseillés en été) nous y viendrons surtout pour la vieille ville et le fort. Le voyage en train, d’abord, est sans doute l’un des plus beaux qu’il nous ait été donné de vivre : les savanes alternent avec des déserts arides, les gazelles, antilopes et dromadaires abondent et le soleil levant donnera une couleur rouge à cette photo dont on se souviendra longtemps.

India - Thar desert

Pendant les pannes, on sort. Faut imaginer ça sur le TGV !

Contrairement à Bikaner, Jaisalmer est une vraie ville dans le désert. Les maisons sont bâties en grès jaune, et donnent l’impressions d’être directement sorties du sable environnant. La ville est « touristiquement » l’une des plus calmes que nous ayons visitée. Pour une fois, peu de sollicitations pour des photos ou d’interpellations pour vendre on-ne-sait quel tour/babiole/safari/dromadaire, malgré la réputation de Jaisalmer dans ce domaine. La visite du fort est intéressante, mais elle sera éclipsée par celle des temples Jaïn (religion dérivée de l’hindouisme) où la finesse des sculptures dans le grès même des bâtiments est éblouissante.

India - Jaisalmer - streets

Comme toujours, les petites ruelles où les motos cherchent à vous doubler à fond …

India - Jaisalmer - fort

Sculpté à coups de burins et de clous, si si !

India - Jaisalmer - jain

Une gouttière dans un temple Jain

Les (nombreuses) photos intéressantes sont ici

Encore une fois, notre hôte (Kamal, à la Gajanand Guesthouse, foncez-y !) à Jaisalmer se révélera adorable et nous aidera à trouver les petits endroits locaux, insolites et gratuits dont on raffole pendant nos aventures.

Jodhpur, la belle bleue

Après un avant-dernier voyage en train, nous parviendrons à Jodhpur, dernière étape de notre aventure indienne. Surnommée la ville bleue en raison des nombreuses maisons bleues, elle abrite une population de plus d’un million d’habitants, ce qui nous change drastiquement des dernières destinations.

India - Jodhpur - ville bleue

Une belle bleue !

Les rues sont minuscules et pourtant surchargées, les klaxons retentissent en continu et là aussi les vaches viennent grandement perturber la circulation. Petite déception nous concernant, la vieille ville abrite finalement peu de dhabas, des petits restaurants locaux peu chers fréquentés uniquement par les indiens, et se rabat plutôt sur des restaurants d’hôtels, aux tarifs moins abordables et à la qualité très inégale.

India - Jodhpur - Streets

Enfin une rue moins bondée pour une photo :p (bis)

Ici aussi la visite du fort constituera une belle découverte de l’art rajasthani, doublée de magnifiques panoramas sur la vieille ville et ses alentours.

India - Jodhpur - Pearl Palace - Moti Mahal

Le palais des perles, dans le fort de Mehrangarh

Bonus : notre passion pour la marche nous entraînera à la découverte de petites pépites cachées dans la ville et nulle part indiquées tant dans les guides que plans locaux.

India - Jodhpur - Baoli

Un Bâoli, puit à escaliers utilisé tant pour des raisons religieuses que pour l’approvisionnement en eau

Toutes les photos de Jodhpur sont ici !!!

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, et après un dernier bon diner avec vue sur le fort, nous passerons une dernière nuit à Jodhpur avant d’entamer le retour vers Delhi et la suite de nos aventures en Asie 🙂

Publicités

5 réflexions sur “L’Inde en jaune et bleu

Vous aimez ? Laissez-nous un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s